Faire un don

Bronchectasie

La bronchectasie est une maladie chronique caractérisée par une dilatation permanente et irréversible des bronches. L’inflammation répétée en raison d’infections respiratoires récurrentes entraîne une perte d’élasticité au niveau des bronches ce qui conduit ainsi à leur dilatation.

La dilatation des bronches entraîne un dysfonctionnement des cils vibratiles, ce qui rend l’expulsion des sécrétions difficile. Les cils vibratiles sont de microscopiques cils qui bougent de façon coordonnée afin d’expulser les virus, les bactéries, les particules étrangères et les sécrétions des voies respiratoires. En raison du dysfonctionnement des cils vibratiles et de l’élargissement des voies respiratoires, un surplus de sécrétions a tendance à s’accumuler ce qui augmente les risques d’infections pulmonaires. Ces conditions sont favorables à l’installation d’un cercle vicieux qui détruit davantage les bronches.

Il existe 2 formes de bronchectasie : diffuse ou localisée. La plupart du temps, la maladie est localisée à un endroit dans les poumons, peu symptomatique et non évolutive. En général, seulement les personnes avec la forme de bronchectasie étendue et plus généralisée auront des symptômes. Dans les formes pures et sévères, il s’agit souvent d’une longue histoire d’infections respiratoires à répétition avec une quantité abondante de sécrétions devenues chroniques parfois purulentes et même teintées de sang. Actuellement, on assiste à une régression de la maladie fort probablement due aux nouveaux traitements d’antibiotiques actifs et au diagnostic précoce et plus précis.

Causes

  • Infections respiratoires sévères ou à répétitions
  • Tuberculose
  • Dyskinésie ciliaire primaire
  • Déficit immunitaire
  • Maladie inflammatoire intestinale
  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Fibrose kystique
  • Inhalation de substances toxiques (gaz nocifs, fumée de tabac, poussières de silice)
  • Obstruction bronchique en raison d’un corps étranger ou d’une tumeur
  • Chirurgie pulmonaire

Signes et symptômes

Souvent la bronchectasie débute durant la petite enfance, suite à des infections respiratoires répétitives et mal soignées. Cependant, elle peut apparaître à tout âge. Chez la plupart des personnes, les symptômes débutent progressivement, généralement après une infection respiratoire et ont tendance à s’aggraver au fil des années.  Le principal symptôme est une toux grasse productive d’une grande quantité de sécrétions claires ou colorées (jaunes ou vertes) selon l’état de surinfection présente. On peut aussi observer :

  • Sécrétions purulentes et odeurs nauséabondes
  • Fatigue
  • Essoufflement
  • Sang dans les sécrétions
  • Fièvre récurrente
  • Douleur thoracique
  • Gêne respiratoire

Au cours de l’évolution de la maladie, il est possible de connaître des périodes d’aggravation des symptômes que l’on appelle exacerbation. On observe alors une augmentation de la toux, de l’essoufflement et de la quantité de sécrétions. Les sécrétions ont tendance aussi à être plus colorées et plus épaisses.

Diagnostic

Devant des symptômes tels que de la toux et de l’essoufflement et surtout un historique d’infections respiratoires répétées durant l’enfance, on peut suspecter la bronchectasie. Toutefois, certains examens sont nécessaires afin de confirmer le diagnostic.

Le premier examen effectué est la radiographie pulmonaire, elle permet de repérer les lésions pulmonaires provoquées par la bronchectasie. Il arrive à l’occasion que les résultats de la radiographie pulmonaire soient normaux ainsi un scan thoracique pourrait donc être demandé. Cet examen plus précis permet de mieux visualiser la dilatation des bronches et facilite la pose du diagnostic ainsi que l’évaluation de l’étendue de la maladie.

Une bronchoscopie peut être utile pour rechercher un corps étranger ou effectuer des prélèvements comme dans les cas d’une infection respiratoire purulente.

Les tests de fonction pulmonaire ne permettent pas de poser un diagnostic, mais ils sont très utiles afin de déterminer la sévérité de la maladie ainsi que pour assurer le suivi de sa progression dans le temps. Ces tests mesurent la quantité d’air que vos poumons peuvent contenir, la capacité de vos poumons à expulser l’air  et celle de vos poumons à transférer l’air de vos poumons vers la circulation sanguine.

De plus, une analyse des sécrétions peut être exigée pour la recherche de bactéries et de virus particuliers ou la recherche des causes d’une sinusite persistante.

Enfin, d’autres tests peuvent être effectués dans le but d’éliminer une cause sous-jacente tels qu’un test à la sueur ou encore un examen des cils vibratiles.

Traitements

Le traitement de la bronchectasie a pour objectif de réduire la fréquence des infections, à diminuer la quantité des sécrétions, à diminuer l’inflammation et à prendre en charge l’obstruction des voies respiratoires. L’instauration d’un traitement rapide et efficace peut réduire les risques de complications tels que le sang dans les sécrétions, la diminution du taux d’oxygène dans le sang, l’insuffisance respiratoire et le développement d’un cœur pulmonaire. La prise en charge des pathologies sous-jacentes est tout aussi importante.

  • Antibiotiques (pour traiter les infections)
  • Bronchodilatateurs (pour détendre les muscles des voies respiratoires)
  • Corticostéroïdes (pour traiter l’inflammation)
  • Mucolytiques (pour rendre les sécrétions moins épaisses)
  • Expectorants (pour aider à expulser les sécrétions)

Dégagement des voies respiratoires

La toux est un mécanisme important qui permet d’expulser les sécrétions des voies respiratoires. Toutefois, une toux survenant en quinte n’est pas très efficace et risque plutôt de vous épuiser. Il est donc important d’apprendre comment bien tousser. Il existe plusieurs méthodes et dispositifs pour vous accompagner dans le dégagement de vos voies respiratoires :

  • La technique de toux contrôlée
  • La technique de toux par petits coups <huff>
  • La physiothérapie respiratoire (clapping et drainage postural)
  • Les dispositifs à pression expiratoire positive avec oscillation (OPEP)
  • L’oscillation à haute fréquence de la paroi thoracique

Le but des techniques de toux contrôlée et de toux par petits coups est d’éliminer les sécrétions de vos voies respiratoires avec le moins d’effort possible.

La technique de toux contrôlée

  1. Asseyez-vous dans une position confortable. (les pieds à plat)
  2. Penchez légèrement la tête vers l’avant.
  3. Inspirez par le nez.
  4. Toussez deux fois, la bouche entrouverte. **
  5. Crachez et vérifiez la couleur.
  6. Prendre une pause puis répéter 1 à 2 fois.

** la première toux pour décoller les sécrétions et la deuxième pour les faire remonter dans la gorge.

La technique de toux par petits coups <huff>

  1. Asseyez-vous dans une position confortable. (les pieds à plat)
  2. Penchez légèrement la tête vers l’avant.
  3. Inspirez par le nez.
  4. Expirez par petits coups, la bouche entrouverte, comme si vous vouliez faire de la buée dans une fenêtre.
  5. Répétez 2 à 3 fois.

La physiothérapie respiratoire (clapping et drainage postural)

Le clapping est une technique qui combine le positionnement et les percussions thoraciques afin de permettre le décollement des sécrétions. Quant à lui, le drainage postural est une technique de dégagement des voies respiratoires qui utilise la gravité pour faciliter l’écoulement des sécrétions.

Les dispositifs à pression expiratoire positive avec oscillation (OPEP)

Les dispositifs à pression expiratoire positive avec oscillation ont pour objectif de mieux mobiliser les sécrétions grâce à la transmission de vibrations au niveau des voies respiratoires. Plusieurs modèles sont disponibles : Acapella, Aérobika et Flutter. Il est possible de se procurer ce type d’appareil en pharmacie sans prescription, toutefois si vous en avez une vous serez exempté de payer les taxes. 

L’oscillation à haute fréquence de la paroi thoracique

Ce type d’appareil favorise le décollement des sécrétions grâce aux vibrations au niveau de la cage thoracique. Normalement, l’appareil est composé d’un compresseur et d’une veste pneumatique et c’est le mouvement répété de gonflement et de dégonflement de la veste qui génère les vibrations.

Conseils et prévention

L’identification rapide et le traitement des facteurs responsables de la bronchectasie peuvent en prévenir le développement et en diminuer l’aggravation.  

La bronchectasie est une atteinte permanente des bronches et la prévention des exacerbations respiratoires est essentielle.

  • Arrêt tabagique et éviter exposition à la fumée secondaire
  • Vaccination contre la grippe et contre la pneumonie
  • Hygiène des mains
  • Exercice physique
  • Alimentation équilibrée
  • Hydratation adéquate

Saviez-vous que

L’Association pulmonaire du Québec offre des services directs à la population. Pour en savoir davantage, visitez notre section Ressources patients

 

Révision août 2022