Faire un don

Fibrose pulmonaire idiopathique

La fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) fait partie de la grande famille des maladies pulmonaires interstitielles. Cette affectation est caractérisée par la cicatrisation progressive et irréversibles des poumons pour des raisons encore mal comprises. Le mot idiopathique fait référence au fait qu’on ne connaît pas les causes de cette maladie. Les cas de fibrose pulmonaire idiopathique représentent environ 50 % de tous les types de fibrose pulmonaire diagnostiqués.

On a longtemps pensé que la cicatrisation du tissu pulmonaire, qui caractérise la FPI, était le résultat d’un mécanisme inflammatoire chronique. Des données plus récentes indiquent que les poumons des personnes atteintes de FPI ne présentent pas les signes habituels d’inflammation. On pense plutôt que la cicatrisation de leurs poumons est le résultat d’un autre mécanisme plus subtil qui différencie la FPI de la fibrose pulmonaire (non idiopathique).

Chez les personnes atteintes de la fibrose pulmonaire (non idiopathique), la cause de la cicatrisation est connue. Par exemple, lors d’une exposition prolongée à des fines particules de minéraux, celles-ci peuvent se loger profondément dans les poumons et détruire les alvéoles, petits sacs au bout des poumons qui permettent à l’oxygène d’entrer dans le sang et au CO2 de sortir. Le corps perçoit ces minéraux comme des agresseurs et en réponse à cette agression, une inflammation chronique apparaît parfois au niveau des poumons. L’inflammation est un mécanisme de défense utilisé par le corps pour se protéger. Par exemple, lors d’une coupure (l’agresseur), la peau devient rouge, chaude, enflée et douloureuse (mécanisme de défense). C’est une réaction typiquement inflammatoire qui empêche les bactéries d’entrer dans le sang par la plaie et qui fait appel à différentes cellules pour aider à la réparation de la peau. Normalement, l’inflammation disparaît une fois la blessure guérie, mais dans le cas de la fibrose pulmonaire elle est permanente, d’où l’appellation d’inflammation chronique. Cette inflammation chronique a pour conséquence de créer du tissu cicatriciel dans les poumons. Cette cicatrisation provoque l’épaississement et le durcissement du tissu pulmonaire entre les alvéoles, ce qui rend le passage de l’oxygène difficile. Avec le temps, les poumons deviennent plus rigides et rendent la respiration des personnes atteintes plus difficile.

poumon-vs-poumon-fpi

Chez les personnes atteintes de FPI, ce processus est un peu différent, car il n’y a pas de processus inflammatoire qui peut expliquer l’apparition de la cicatrisation des poumons comme dans les cas de fibrose pulmonaire. Que-ce qui peut expliquer alors l’apparition de la cicatrisation chez les personnes atteintes de FPI? En résumé, les chercheurs soupçonnent qu’un agresseur inconnu endommage le contour des petits sacs alvéolaires et que la cicatrisation serait causée par un déséquilibre dans la réparation du contour de ces petits sacs. Cela permet d’expliquer l’apparition de la cicatrisation sans processus inflammatoire. Ce dernier point aide à différencier les personnes atteintes de FPI de celles atteintes de la fibrose pulmonaire et à trouver des traitements spécifiques à chaque maladie.

Causes

On ne connaît pas les causes de développement de la FPI. Toutefois, lorsqu’on étudie la population qui en est atteinte certains facteurs de risque semblent être présents. En effet, le tabagisme, l’exposition à des polluants environnementaux et les infections pulmonaires sont des caractéristiques que l’on observe souvent chez les personnes atteintes de FPI.

De plus, on observe souvent un historique de reflux gastro-œsophagien chez ces patients, bien que le lien entre ces deux conditions soit encore mal compris. Des facteurs génétiques pourraient être impliqués dans l’apparition de la fibrose pulmonaire idiopathique. En effet, des cas de fibrose pulmonaire familiale sont occasionnellement rencontrés.

Signes et symptômes

Les symptômes de la FPI sont peu spécifiques et peuvent ressembler à ceux des autres fibroses pulmonaires et même d’autres maladies pulmonaires :

  • Un essoufflement inhabituel au cours d’un effort physique qui devient permanent
  • Une toux sèche
  • Une perte d’endurance
  • Une perte d’appétit
  • La fatigue
  • Une perte de poids

Par la suite, peuvent apparaître :

  • Une diminution de la tolérance aux activités quotidiennes
  • Un essoufflement sans effort physique, en mangeant, en parlant ou simplement en se reposant
  • Une cyanose (coloration bleutée des lèvres, des ongles et parfois de la peau, causée par une oxygénation insuffisante des tissus)
  • De l’hippocratisme digital (une déformation des doigts leur donnant l’allure de baguettes de tambour)

Les personnes atteintes de la FPI peuvent aussi vivre des épisodes d’exacerbation aiguë. Ce sont des épisodes de détérioration rapide où les symptômes sont aggravés.

Diagnostic

Les démarches vers un diagnostic de FPI peuvent être longues et ardues. Cela s’explique par la ressemblance de symptômes de la FPI avec certaines maladies cardiaques et d’autres maladies pulmonaires qui sont plus courantes.

Les premiers examens qui permettront d’orienter le médecin vers une FPI sont la radiographie pulmonaire et les tests de fonction respiratoire.

  • Radiographie pulmonaire

  • Tests de fonction respiratoire

  • Tomodensitométrie (TDM)

  • Test de marche de 6 minutes (TM6)

Traitements

Il est difficile pour les spécialistes de traiter la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI). Présentement, il n’existe pas de traitement permettant de guérir la FPI, ils visent plutôt à ralentir la progression de la maladie et à prendre en charge les symptômes. Parmi les traitements, on peut retrouver :

  • Les anti-fibrotiques
  • Les anti-inflammatoires
  • La rééducation respiratoire
  • L’oxygène
  • La greffe pulmonaire
  • Les anti-fibrotiques

  • Les anti-inflammatoires

  • La réadaptation pulmonaire

  • L’oxygène

  • La greffe pulmonaire

Conseils et prévention

Il est important de parler régulièrement avec votre pneumologue pour suivre l’évolution de votre maladie et connaître les avancées en recherche et développement de nouveaux médicaments. Il est également fortement recommandé pour les patients atteints de la fibrose pulmonaire idiopathique d’éviter la cigarette, de demeurer actif en faisant de l’exercice physique selon sa capacité, et d’adopter une alimentation qui inclut davantage de fruits et légumes riches en antioxydants.

Voici quelques conseils qui pourraient améliorer votre qualité de vie :

  • Arrêter de fumer
  • Traiter rapidement les infections respiratoires
  • Adopter une alimentation riche en fruits et légumes
  • Se faire vacciner contre la grippe et le pneumocoque
  • Demeurer actif

Lors de temps chauds, par exemple lors de canicules, pensez à garder votre habitation fraîche en ouvrant les fenêtres seulement la nuit, en gardant les rideaux fermés ou encore en vous procurant un climatiseur. Par ailleurs, dans certains cas, l’achat d’un climatiseur est éligible à un crédit d’impôt fédéral.

Pour en connaître davantage sur la fibrose pulmonaire idiopathique, nous vous invitons à visionner la conférence du Dr André Cantin, pneumologue spécialisé en FPI, sur notre chaine YouTube.

Conférence fibrose pulmonaire – Dr André Cantin | 45:47

  Écouter

Aide

L’Association pulmonaire du Québec offre des groupes d’entraide pour les gens souffrant de maladie pulmonaire ainsi qu’une ligne téléphonique d’informations sans frais du lundi au jeudi de 8h à 16h30 et le vendredi de 8h à 12h

Saviez-vous que

L’Association pulmonaire du Québec offre des services directs à la population dont la plateforme Un à Un, une plateforme de jumelage téléphonique entre patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique. Créée en mai 2021 pour répondre au besoin exprimé par plusieurs patients, la plateforme met en relation des bénévoles qui souhaitent offrir leur soutien et des patients ou des proches aidants concernés par la maladie. 

 

En savoir plus