Slot gacor
Montréal a finalement dit non aux foyers et aux poêles à bois! - Association pulmonaire du Québec
Faire un don

11 octobre 2018

Montréal a finalement dit non aux foyers et aux poêles à bois!

Depuis le 1er octobre 2018, l’utilisation de foyers et de poêles à bois polluants est strictement interdite par la loi sur tout le territoire de Montréal. Les contrevenants feront face à des sanctions salées allant de 100 à 500 $ pour une première infraction, jusqu’à 2000 $ pour les récidivistes… de quoi laisser en bouche un goût amer de brulé! Il est impératif de déclarer son foyer, de ne plus l’utiliser s’il n’est pas conforme à la réglementation ou de le changer en optant pour un appareil plus récent doté d’une certification attestant qu’il n’émet pas plus de 2,5 grammes de particules fines à l’heure. Toutefois, l’interdiction d’utiliser un appareil non conforme est levée lors des pannes d’électricité d’une durée de plus de trois heures en hiver.

C’est une grande victoire pour les Montréalais qui pourront finalement bénéficier d’une meilleure qualité de l’air en ville.  En se débarrassant de quelque 85 000 systèmes de chauffage au bois présents sur l’île de Montréal, dont plus de 50 000 sur le territoire de la ville de Montréal, la métropole arrivera à réduire de 80 % ses émissions de particules fines issues de la combustion du bois, les principales composantes du smog urbain. On estime qu’un foyer ou un poêle à bois non certifié émet autant de particules fines en neuf heures qu’une voiture qui roule 18 000 km en une année! Plusieurs études démontrent que la présence de ces particules dans l’air peut provoquer des bronchites infantiles, accentuer les symptômes de l’asthme et aggraver toute une panoplie d’autres problèmes respiratoires.

Depuis 2009, l’Association pulmonaire du Québec (APQ) collabore avec la Ville de Montréal et d’autres organismes afin que l’interdiction du chauffage au bois en milieu urbain soit définitivement appliquée de manière à éliminer l’une des principales causes de problèmes respiratoires pour la population. En 2009, la ville avait adopté une loi interdisant l’installation d’appareils à combustibles solides à l’intérieur des résidences neuves ou existantes; c’était un premier pas dans la bonne direction. Cette année, près de 10 ans après, nous avons finalement franchi la ligne d’arrivée : Montréal a pris position et a, une fois pour toutes, dit « non » aux foyers et aux poêles à bois polluants sur son territoire! L’Association pulmonaire du Québec a accueilli avec joie cette bonne nouvelle et tient à féliciter la Ville de Montréal pour sa décision. Dès ce mois-ci, tous les citoyens de Montréal, et plus particulièrement ceux souffrant d’une maladie respiratoire, pourront profiter d’une meilleure qualité de l’air en milieu urbain.